Jeepmag Reportages
Beltring : le paradis de la jeep ... et plus si affinités

dimanche 18 août 2002, par Jerôme Stevens

Amateur et propriétaire de jeeps depuis des années, ma première voiture était une M201 avec laquelle j’allais en fac et partais en vacances. J’ai depuis quelques temps seulement attrapé le virus de la jeep de " collection " ; aussi ai-je décidé pour la première fois cette année d’aller au " War and Peace Show " de Beltring. Attention, séquence émotions.

Pour ceux qui ne connaissent pas, imaginez, perdu dans la campagne anglaise, un immense camp de 4 km de long sur 1 km de large dédié la durée d’un long week-end aux véhicules militaires et aux passionnés de militaria.

En quelques chiffres, Beltring c’est près de 2000 véhicules militaires dont plus de 300 jeeps, y compris 4 slat-grills, 1 Bantam BRC, 1 Ford GP, un prototype 6 roues motrices, et bien sur pour notre ami Mithril, une ribambelle de GPA.

Mais il y en avait pour tous les goûts, le catalogue du show recensait près de 30 GMC, une demi-douzaine de Diamond, 5 Kettenkrad (la moto à chenille de Soldat Ryan), 3 Schwimmwagen, et des tanks en veux-tu en voilà. Pour les inconditionnels de l’énergie douce il y avait même une cinquantaine de vélos dont 20 parabike BSA.

Ces chiffres ne sont pas fantaisistes, ils proviennent du programme du show qui recense tous les véhicules, avec pays d’origine et nom du propriétaire. Il faut dire que Beltring, c’est une organisation hors du commun, et on l’imagine pour recevoir avec une qualité de service irréprochable plus de 20,000 personnes sur un long week-end.

Enfin, Beltring c’est une bourse énorme avec plus de 600 stands de pièces de véhicules et de militaria. De quoi passer de nombreuses heures à chercher la pièce rare, et qui restera introuvable si vous cherchez de la pièce jeep NOS. C’est la seule déception du week-end : on ne trouve à Beltring presque plus que des pièces de jeep de reproduction.

En quelques mots les " plus " et les " moins " de Beltring

1. Coté " Plus "

-  La profusion de véhicules, tous dans un état de restauration incroyable : Après quatre jours je découvrais encore des engins que je n’avais pas vus, et les propriétaires qui viennent avec leurs véhicules savent que les collectionneurs ont l’œil critique. A ce titre, les M201 présentes étaient pour la plus part présentées dans leur livrée " Armée Française " pour le plus grand plaisir des visiteurs étrangers.
-  Les véhicules blindés : je n’avais jamais vu de tanks de si près et l’expérience est inoubliable. Les shows de tanks (démonstrations de maniabilité et passage d’obstacles, y compris le classique passage d’épave de voiture) sont divertissants, mais rien n’est plus impressionnant que de voir passer un Panzer à deux mètres de soi dans un vacarme de moteur et de chenilles assourdissant.
-  Les participants, tous plus passionnés les uns que les autres : Beltring c’est une occasion unique de parler avec des collectionneurs heureux de partager leurs connaissances. J’ai appris sur les jeeps plus en un week-end que dans tous les livres que j’ai pu lire sur le sujet. Imaginez faire le tour des jeeps présentes avec John Farley (auteur de " The War Time Jeep ") ou Emile Becker (auteur de " La Jeep ").
-  Les reconstitutions historiques : je ne suis pas un collectionneur d’uniformes mais je dois dire que j’ai été impressionné par les camps, reconstitués avec le plus grand soucis d’exactitude, camps Russie et Vietnam notamment. Certes on peut être gêné de voir une demi-douzaine de soldats Allemands hisser le drapeau Nazi devant un officier en tenue SS, pour ma part cela me rend un peu mal à l’aise, mais cela fait partie du show, et les organisateurs sont très vigilants pour éviter toute action de propagande.
-  L’immense bourse : les 600 stands répartis sur plusieurs hectares sont très impressionnants, et les visiter sérieusement demande un peu de rigueur. On a vite fait de se perdre et de ne plus savoir ce qui à été vu et ce qui ne l’a pas été. Mais je vous conseille surtout les pièces vendues par les particuliers le soir au camping ; ce sont les seules pièces NOS que j’ai trouvées. J’ai également rapporté une jeep d’enfant en bois avec moteur électrique, faite maison par un Anglais ; conduite à droite " of course ". Mes enfants ont adoré.
-  Le rassemblement de jeeps : pour la première fois cette année, les membres du forum G503 présents à Beltring avaient décidé d’organiser un rassemblement de jeeps en fin de journée Samedi, quel spectacle. La tradition est désormais lancée et je ne doute pas que l’année prochaine sera marquée par un rassemblement encore plus impressionnant. Le Vendredi, tous les membres du forum s’étaient retrouvés au bar du camp pour des discussions sans fin sur la jeep. A quand la même chose pour les membres de Jeep Mag ?
-  L’organisation, irréprochable : 2000 véhicules organisés par catégories, des shows non-stop qui commencent tous à l’heure, un service de sécurité invisible mais efficace, des règles de circulation précises pour limiter les embouteillages, une hygiène impeccable (poubelles partout, arrosage du camp pour éviter la poussière, toilettes portables à volonté, ...), et enfin des douches propres et surtout chaudes à toute heure de la journée.

2. Coté " Moins "

-  La cantine locale : l’alimentation à Beltring c’est une dizaine de vendeurs ambulants proposant hot-dogs et autres hamburgers de seconde catégorie. Quatre jours de ce régime là, c’est dur pour un palais Français. La solution c’est d’apporter ses provisions (voir camping ci-dessous). J’ai croisé un Français qui compte venir l’année prochaine avec un four sur remorque pour proposer du pain frais ; cela changerait bien les choses.

-  Les prix de la Bourse, et la rareté des pièces d’origine : A Beltring les lois de l’économie de marché s’appliquent plus qu’ailleurs ; imaginez des centaines de collectionneurs à la recherche des rares pièces d’origine encore disponibles. Résultats les prix pratiqués sont vertigineux et quelques vendeurs n’hésitent pas à proposer des copies pour de l’origine. Mieux vaut être un connaisseur, fortuné, pour acheter la-bas.

Les aspects logistiques

Beltring est à 1/2 heure de voiture de Calais, par l’autoroute ; vous pouvez aussi y aller en train mais c’est plus compliqué. Pour traverser la Manche vous avez le choix entre le tunnel et le bateau. La première solution est plus rapide mais aussi plus chère. Pour ma part je vous recommande le bateau, c’est un peu plus long mais c’est une bonne occasion de commencer à fraterniser avec les collectionneurs qui traversent en camion (pas de GMC ou de Ward sous le tunnel !)

Sur place, je recommande vivement la solution du camping, et ce pour plusieurs raisons. Les hôtels sont chers et 90% de ce qui fait le charme de Beltring ce passe le soir. En effet, après la fermeture quotidienne de la bourse vers 19h, la vie des campings s’éveille et tout le monde fait le tour des popotes. C’est une occasion en or pour rencontrer les passionnés qui sont là et apprendre auprès d’eux ; avec un peu de chance, vous pouvez dresser votre tente à coté du camping-car de Becker.

A plusieurs du forum G503, nous nous étions donnés rendez-vous pour partager histoires et victuailles ; nous avons passé plusieurs soirées à faire le tour des " copains ", allant en jeeps d’un campement à l’autre. J’avais apporté fromage et vin, les Suisses avaient du chocolat, les Italiens du jambon, les Norvégiens des spécialités de chez eux ... souvenirs inoubliables garantis.

Le budget pour aller à Beltring n’est pas négligeable, surtout si l’on ne partage pas les frais de transport, mais c’est une expérience inoubliable que je vous conseille vivement d’essayer au moins une fois.

Alors à l’année prochaine.

Jerome

Note : Merci à Robert de Ruyter pour l’autorisation de reproduire sa photo sur le rassemblement de jeeps.




DANS LA MÊME RUBRIQUE :

Copyright © Jeep m@g 2005
Contact